FAcicon Blanc.jpg

L'APPEL À TEXTES

Le QD2A — Quartier des Autrices et des Auteurs


Animés du désir d’accompagner le geste singulier de chaque dramaturge, de poursuivre notre travail de découverte, de recherche, et de partage auprès des autrices et auteurs francophones et de langues françaises nous lançons

notre appel à textes pour la saison 2021-2022.



Nos critères d’éligibilité :


  • Des textes écrits par des autrices et des auteurs étrangers ou français, vivant ou non en France.

  • Des textes dramatiques, voire de libres adaptations théâtrales, datant de 3 ans maximum

  • Des textes inédits et n’ayant jamais fait l’objet d’une création théâtrale en France ou d’une édition en France.


  • Des textes écrits directement en français (pas de traduction)


Si votre texte répond à ces critères, vous pouvez l’envoyer sous format Word, accompagné de la fiche de renseignements téléchargeable ici, à l’attention de Thierry Blanc, à l’adresse suivante :


comiteqdaa@gmail.com


Date limite d’envoi des textes : 31/01/2022




Les perspectives pour le(s) texte(s) lauréat(s) du comité — saison 2021-2022 :


  • Lectures publiques, rencontres, mises en espaces, résidence de création, accompagnements dramaturgiques

au Théâtre des Quartiers d’Ivry, Centre Dramatique National du Val-de-Marne


  • Rencontre, mise en lecture/espace à la Cité Internationale des Arts (Paris) et au Tangram (la scène nationale d’Évreux)


  • Publication possible aux éditions Passage(s)


  • Projet en partenariat avec les étudiants, rencontre et discussion avec les étudiants de Licence d’Option Théâtre (Université de Bourgogne) et de classe d’art dramatique cycle 3 (Conservatoire à rayonnement régional de Dijon)


  • Entretiens dans nos médias partenaires : Africultures, La Plume francophone…



Au plaisir de vous lire et de cheminer avec vous, au cœur des écritures dramatiques contemporaines de langues françaises...

 

« J’écris en français parce que c’est dans cette langue-là que moi-même j’ai été violé. Je me souviens de ma virginité. Et mes rapports avec la langue française sont les rapports de force majeure, oui, finalement. Il faut dire s’il y a du français et de moi quelqu’un qui soit en position de force, ce n’est pas le français, c’est moi ? Je n’ai jamais eu recours au français, c’est lui qui a recours à moi. »

Sony Labou Tansi